Nos engagements

La nutrition clinique est destinée à des personnes malades, adultes ou enfants, dont l’état de santé nécessite des apports nutritionnels qui ne peuvent être satisfaits par une alimentation normale.

En savoir plus


La prise en charge de la dénutrition a été reconnue comme une priorité de santé publique, avec des objectifs ambitieux :

  • Dénutrition : Une pathologie méconnue en société d’abondance (PNNS-SFNEP – 2010).
  • Recommandations professionnelles HAS- avril 2007: « Stratégie de prise en charge en cas de dénutrition protéino-énergétique chez la personne âgée ».
  • « Loi Santé Publique 2004 » : Réduction de 20% du nombre de personnes dénutries âgées de plus de 70 ans, à l’horizon 2008.
  • PNNS 3 2011-2015: diminuer la prévalence de la dénutrition (Axe 3). Réduire dans la population générale en 5 ans, le pourcentage de personnes âgées dénutries vivant à domicile ou en institution: de 15% au moins pour les plus de 60 ans et de 30% au moins pour les plus de 80 ans.
Le président

Michel Bégaud

Edito du président

La dénutrition est une pathologie méconnue dans nos sociétés d’abondance.

Or, elle est lourde de conséquences tant médicales pour les patients dénutris car elle constitue un facteur aggravant de maladie, qu’économiques.
Aujourd’hui, le dépistage et la prise en charge de la dénutrition ont été reconnus comme priorités de santé publique, et la nutrition clinique comme un soin à part entière dans la lutte contre la dénutrition. C’est pourquoi les Entreprises de la Nutrition Clinique sont mobilisées au côté des professionnels de santé pour une meilleure prise en charge de la dénutrition en France.

En savoir plus

Fermement engagé dans la lutte contre la dénutrition, le secteur Nutrition Clinique a mis en œuvre de nombreuses actions afin d’assurer le maintien du niveau de prise en charge des aliments destinés à des fins médicales spéciales (ADDFMS).

Grâce notamment à la mobilisation de la profession, la dénutrition a été pleinement intégrée dans la politique nutritionnelle. Il était primordial que les malades et les personnes âgées ne soient pas les laissés pour compte des objectifs de santé publique.

Afin de quantifier l’impact positif de la prise en charge des compléments nutritionnels oraux, le secteur a initié deux études d’envergure, menées en partenariat avec des médecins.

Deux outils ont été développés afin de sensibiliser les médecins généralistes et aidants pour un meilleur dépistage en ville de la dénutrition des personnes âgées. Ils ont obtenu la double reconnaissance des pouvoirs publics et de notre société savante de référence, contribuant ainsi à l’image de profession responsable et à notre engagement de lutte contre la dénutrition.

Notre métier

  • Les produits de nutrition clinique, une réponse à la problématique de dénutrition.
  • Les produits de nutrition clinique, produits de nutrition orale ou par sonde, sont des aliments diététiques destinés à des fins médicales spéciales (ADDFMS) prescrits aux patients dénutris ou à risque de dénutrition ou ayant des besoins spécifiques. Ils sont spécialement formulés et utilisés sous contrôle médical.

Plus

  • Les apports par voie orale sont toujours privilégiés (compléments nutritionnels oraux). Quand cette voie n’est pas utilisable, une nutrition par sonde est alors prescrite (produits de nutrition entérale par sonde). En fonction des besoins des patients et de leurs capacités de mastication, de digestion ou d’assimilation souvent perturbées, différentes formulations de produits sont disponibles : concentrations variables en énergie, protéines, micronutriments, nutriments particuliers, textures variées, saveurs sucrées, salées etc.

Réglementation :

  • Directive 1999/21 du 25 mars 1999 relative aux aliments diététiques destinés à des fins médicales spéciales
  • Arrêté du 20 septembre 2000 transposant la directive européenne

Adhérents nutrition clinique

Even santé industrie - Fresenius Kabi France - Laboratoires Gilbert - Lactalis Nutrition Santé - Mead Johnson Nutrition - Nestlé Health Science France - Nutricia Nutrition Clinique - Proalim.

Chiffres clés
de la profession

A télécharger au format PDF

Plus
Carte de France

Carte de France

des entreprises de la nutrition spécialisée Plus

Flux RSS

Actualités

La lutte contre la dénutrition intègre la loi santé

La problématique de la dénutrition touchant au minimum plus de 800 000 personnes en France est enfin devenu une priorité de santé publique.

En effet, un amendement a été adopté en séance publique à l’Assemblée nationale lors de la lecture du projet de loi santé qui dispose que « la politique de santé contribue à la prévention, au traitement et à la lutte contre la dénutrition ». L’amendement prévoit également de porter une attention toute particulière à la situation dans les établissements d’hébergements pour les personnes âgées dépendantes où jusqu’à 38% des pensionnaires sont dénutris.

Cette inscription dans la loi vient illustrer la prise de conscience par les pouvoirs publics de l’importance de la problématique de la dénutrition. Rappelons les conséquences de celle-ci : perte d’autonomie, risque de chute donc de fractures, augmentation du nombre d’hospitalisation. La dénutrition empêche également aux patients de bien se soigner avec des retards dans la cicatrisation, et une augmentation de la susceptibilité aux infections. Pire encore, lors d’un colloque sur la dénutrition à l’hôpital organisé par l’Académie nationale de pharmacie au mois de mars il a été rappelé que 10 à 20% des cancéreux meurent des conséquences de la dénutrition et non de leur maladie.

Pour lutter contre la dénutrition la première des priorités c’est de veiller à une bonne alimentation et qu’elle soit suffisamment riche. Au cas, où une alimentation classique ne suffise pas la nutrition clinique apporte des solutions avec les compléments nutritionnels oraux.

Plusieurs études[1] aux Etats-Unis ont démontré que pour un dollar investi dans un traitement préventif de compléments nutritionnels oraux c’est jusqu’à cinquante dollars qui sont économisés par période d’hospitalisation, et que cette dernière est réduite de 2,3 jours en moyenne suite à un traitement.

Améliorer la santé des patients, favoriser leur rétablissement tout en faisant des économies pour la sécurité sociale c’est tout l’apport de la nutrition clinique. Pour cela la dénutrition doit être bien diagnostiquée, et c’est ce que l’on peut escompter avec l’adoption de cet amendement.

 

[1] T.J Philipson et al. 2013

 

Revue Nutrition Clinique

La prise en charge de la nutrition 
Télécharger la revue de janvier

+ d'actualités
SFNS sfns@alliance7.com
9, boulevard Malesherbes 75008 PARIS
Tél. +33 (0) 1 44 77 85 85
Fax +33 (0) 1 42 61 95 34
Mentions légales